JOIN EXPERIENCE /

Procédé de soudage TIG orbital : quels sont les paramètres à vérifier ?

Dans le soudage TIG orbital, de nombreux paramètres entrent en jeu et ont une influence sur la qualité de la soudure. A la différence du soudage manuel en TIG, un équipement de soudage orbital permet de régler ces paramètres pour chaque soudure qui sera reproduite en série, avec la même qualité de soudure. Bien entendu, la qualité du tube et de sa préparation sont des prérequis.

Dès lors que le soudeur procède aux différents tests de soudure visant à obtenir un résultat parfait, des défauts sont visibles sur les premières soudures.

Comment influer sur les différents défauts de soudure en pré-programmation ? Quels sont les paramètres à tester pour un procédé de soudage TIG orbital ?

  • La vitesse de soudage et l’intensité du courant

La forme du cordon de soudure dépend principalement de ces 2 valeurs. l’intensité influence directement la taille de l’arc, par conséquent du bain de soudage (largeur et pénétration). La vitesse, quant a elle détermine le temps de de soudage, soit l'énergie que l’on apporte à la pièce. C’est pourquoi la maitrise parfaite des ces paramètres est primordiale. Grâce au TIG orbital la gestion est minutieuse et calibrée.

  • Le réglage de la distance de la pièce par rapport à l’électrode

Le soudeur va régler une distance entre l'électrode et le tube à souder. Cette valeur est importante car elle détermine la tension d’arc. Ce dernier, de forme conique doit impérativement rester invariable sans quoi la soudure serait irrégulière. En soudage orbital un capteur contrôle et ajuste en permanence cette distance.

  • L’intensité du courant

L’intensité du courant mesurée en Ampère peut être à l’origine de plusieurs défauts que l’on peut constater sur une soudure : un cordon irrégulier, une pénétration insuffisante. Notons que dans le cas d’une intensité trop importante du courant, les électrodes subissent une consommation excessive également.

Comment bien choisir son électrode en soudage TIG orbital ?

  • La programmation du gaz

La nature et le débit du gaz jouent un rôle majeur. En ajustant correctement le gaz à toutes les étapes de la soudure, nous pouvons éviter plusieurs défauts : un débit de gaz protecteur insuffisant peut créer un cordon noirâtre ou une soudure irrégulière en raison de manque de gaz protecteur. Un phénomène semblable peut également résulter si le temps de « post-gaz » est insuffisant.

  • Le fil d’apport

Dès que l’on soude avec du fil d’apport, plusieurs paramètres doivent être pris en compte. Bien entendu, ce fil sera compatible avec le métal de base et mentionné dans le DMOS. Si le métal d’apport n’est pas adapté avec le métal de base, des fissures pourraient apparaître. Lors des soudures de tests, quand on constate un caniveau, ceci indique que la quantité du métal d’apport est insuffisante. Alors que l’on rencontre des difficultés pour gérer le métal d’apport en soudage manuel ; en soudage orbital la gestion est parfaite.

  • La polarité

Il est important à veiller à la bonne polarité. En polarité directe l’électrode est relié au pôle négatif, méthode la plus courante pour le soudage TIG.

 


Ceci n’est qu’un aperçu des influences que peuvent avoir des modifications de programmation. De bonnes connaissances en métallurgie et en soudure feront toujours la différence. Nous vous proposons des formations en soudage TIG sur mesure, en fonction de vos connaissances. N’hésitez pas à nous demander conseil.

 

Nouveau call-to-action

Laissez un commentaire

Recevoir notre newsletter mensuelle

Nouveau call-to-action

Écrit par
Thomas Calleja

Technicien soudage (IWT)

newsletter.png

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER MENSUELLE DES TECHNOLOGIES ORBITALES