JOIN EXPERIENCE /

Tout ce qu'il faut savoir sur le soudage TIG orbital

TIG, WIG ou GTAW ? Ces trois terminologies renvoient au même procédé : le TIG (Tungstène Inert Gas).  Il s’agit simplement de changements linguistiques. En allemand, Tungstène est appelé Wolfram : Wolfram Inert Gas. Aux Etats-Unis, on parle de Gas Tungsten Arc Welding (GTAW).

Le procédé TIG a été développé dans les année 1940. A l’origine ce procédé était utilisé pour souder des alliages résistants à la corrosion et des métaux. Ceux-ci étaient difficiles à souder à l’époque, nous pouvons citer notamment l’aluminium et les alliages de magnésium. Le TIG s’est aujourd'hui énormément développé et permet de réaliser la désoxydation et le soudage de toutes les nuances de métaux que l’on trouve sur le marché.

Téléchargez votre Guide du   Soudage TIG orbital

Comment ça marche ?

Le soudage TIG est un procédé de soudage à l’arc avec une électrode non fusible. Un arc électrique se créé une électrode non fusible en tungstène et la pièce à souder. S’il faut un métal d’apport, celui-ci est apporté dans le bain de fusion à la main (baguette d’apport) ou mécaniquement (bobine de fil d’apport).

Dans Tungsten Inert Gas, Tungsten désigne l’électrode et Inert Gas (Gaz inerte) désignent le type de gaz plasmagène utilisé. L’arc se crée entre l’électrode réfractaire (- du générateur) et la pièce (+ du générateur) sous un flux gazeux. De façon générale, il s’agit d’un gaz ou d’un mélange de gaz rares.

L’amorçage se fait grâce au gaz circulant dans la buse qui entoure une grande partie de l’électrode. Le soudage s’effectue en polarité directe (pole - du générateur relié à l’électrode) pour la majorité des métaux et alliages (aciers, inox, cuivreux, titane, nickel...) sauf dans le cas des alliages légers d’aluminium ou du magnésium où l’on soude en polarité alternée (pendant un laps de temps, l’électrode est reliée au pôle + du générateur). Souder de façon continue en polarité inverse (pôle + relié à l’électrode) détruit cette électrode en la faisant fondre.

Température supérieure à 4800°C

La température dans le cône de soudage à l’endroit de l’électrode est supérieure à 4800°C.

Ces hautes températures obligent les machines à être refroidies soit au niveau de la torche en cas de têtes préfabrication ou têtes ouvertes, soit complètement dans les pièces de corps de machines pour les têtes fermées.

Le procédé de soudage TIG est un procédé de soudure qui transfère l’énergie électrique (arc électrique entre l’électrode et la pièce) en énergie chaleur sans contact avec la pièce. Cette chaleur fait entrer la matière en fusion ce qui permet d’assembler les deux éléments en contact. Dans le cas où il est nécessaire d’apporter du métal d’apport celui-ci est dirigé dans le bain de fusion directement sous l’électrode.

De fait, le soudage TIG est très stable et peut être utilisé dans toutes les positions , il est donc simple à automatiser. 

Notre guide du soudage orbital TIG vous permettra d'en savoir plus sur ce procédé qui permet d'obtenir des soudures de très haute qualité . Téléchargez le gratuitement ci-dessous !

Nouveau call-to-action

 

Laissez un commentaire

Recevoir notre newsletter mensuelle

Nouveau call-to-action

Écrit par
Frédéric Legrand

PDG fondateur d'Axxair

newsletter.png

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle des technologies orbitales