JOIN EXPERIENCE /

Combien d'axes sur un générateur de soudage ?

 

Quand il s’agit de choisir un générateur de soudage orbital, les fabricants mettent toujours en exergue le nombre d’axes dont dispose le générateur proposé. Ce point nécessiterait un débat, car la définition même de l’axe n’est pas homogénéisée.

Quand on soude manuellement, un générateur ne va pas piloter un mouvement puisque c’est la main de l’homme qui dirige la torche de soudage. Ces générateurs sont généralement de conception assez simple, tout en sachant gérer pour une bonne partie du courant lisse et du courant pulsé. Mais dès que l’on choisit un système de soudage orbital TIG, la notion d’axe devient palpable.

 

Générateur de soudage orbital : comment définit-on les axes ?

Chaque fabricant a son vocabulaire propre. Certains fournisseurs considèrent que le gaz représente un axe. Chez AXXAIR par exemple, nous avons une approche plutôt mécanique : un axe correspond à un moteur, à une rotation. Tous nos générateurs de soudage orbital de dernière génération sont d’office équipés pour la gestion des gaz, donc nous ne les comptabilisons pas. De ce fait il ne faut pas s’étonner que nous proposions des générateurs TIG pour la soudure orbitale avec un axe, ce qui représente le minimum. Un axe représente un déplacement, donc un moteur.

Le guide pour bien choisir un générateur de soudage orbital TIG

Quel est l’intérêt de gérer les gaz ?

Chez AXXAIR, on pilote soit un gaz, soit deux gaz. Le gaz principal c’est le gaz qu’on envoie autour de l’électrode, la gaz annexe, c’est le gaz qu’on envoie dans les tubulures. Quel est donc l’intérêt de gérer les deux gaz ? C’est simple, le gaz représente un coût non négligeable dans ce processus. Si l’opérateur doit éteindre manuellement le gaz après une soudure et s’il l’oublie, le gaz continue à se déverser, ce qui induit des coûts supplémentaires. Chez nous, le deuxième gaz est piloté par le générateur de soudage qui va gérer le cycle de manière automatique. De ce fait, l’utilisation des gaz est réduite au strict minimum.

Quels sont les axes proprement dits sur un générateur de soudage?

Le premier axe correspond à la rotation de l’électrode autour du tube. Il s’agit en fait du moteur qui fait tourner le porte-électrode. Pour des applications de soudage orbital de plus grandes épaisseurs, quand il est nécessaire d’apporter du fil, ceci nécessite l’ajout d’un deuxième moteur qui entraîne la bobine qui va amener du fil vers le bain de soudage. Donc ceci serait un deuxième axe. Ceci est largement suffisant si les épaisseurs de tubes ne sont pas trop importantes.

En revanche, si on souhaite souder des « pipes », donc des tubes épais avec chanfrein, le générateur de soudage va effectuer une soudure multi-passe : l’électrode effectue un certain nombre de tours autour du tube, ajoutant à chaque fois du métal d’apport pour remplir le chanfrein. Dans ce cas, un autre moteur va gérer l’AVC (Arc Voltage Contrôle) qui permet de piloter la distance entre l’électrode et la pièce à souder. En effet, selon l’apport de la matière et la façon dont le fil rentre dans le bain il faut que l’électrode puisse être réglée en hauteur tout en tenant compte de la géométrie du chanfrein et du bain.

Ceci est le troisième axe.

De la même façon, on ajoutera une fonction d’oscillation pour ces applications, permettant un meilleur mouillage au niveau du bord de la soudure. Ce serait donc le quatrième axe.

Axxair développe des machines qui correspondent aux besoins des professionnels. Pour en savoir plus sur notre gamme de générateurs de soudage orbital TIG, n'hésitez pas à demander une démonstration ou à consulter nos catalogues. Retrouvez également tous nos conseils pour vous guider dans le choix de votre générateur de soudage orbital TIG dans notre guide dédié.

generateur-de-soudage-orbital-tig-le-guide

Laissez un commentaire

Recevoir notre newsletter mensuelle

Nouveau call-to-action

Écrit par
Frédéric Legrand

PDG fondateur d'Axxair

newsletter.png

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER MENSUELLE DES TECHNOLOGIES ORBITALES